Minuit tome 2 : Minuit écarlate

Auteur : Lara Adrian
Edition Milady - 8 euros

 Ma note : 2/5

"La Lignée est parmi nous depuis toujours : de puissants guerriers vampires mènent une guerre secrète contre les Renégats pervertis par la Soif sanguinaire. Il vient vers elle plus mort que vif : un inconnu vêtu de noir, criblé de balles. Tandis qu’elle s’efforce de le sauver, Tess Culver ignore que celui qui se fait appeler Dante n’est pas un homme, mais un vampire. Hanté par de funestes visions, Dante vit au jour le jour, mais sa rencontre avec Tess va tout changer. De son côté, elle se découvre des dons et des désirs dont elle n’avait pas conscience. Emportés par une passion qui transcende les frontières de leurs mondes, ils doivent s’allier pour vaincre de redoutables ennemis."



Le petit coup de cœur, que j’avais eu pour le premier tome de « Minuit », ne s’est malheureusement pas reproduit avec « Minuit écarlate ». J’ai même été vraiment déçue par ce deuxième opus de cette série malgré que de Dante, un des guerriers vampires de l’Ordre de la Lignée, en soit le personnage principal… Cela n’a pas suffit pour me convaincre. 

Le personnage de Dante que j’appréciais énormément dans le tome 1, ne s’est finalement pas révélé aussi inébranlable que je pouvais l’imaginer… d’où ma déception. Je m’était sans doute fait des idées sur son compte. Quand au personnage de Tess, je l’ai trouvé sans saveur et banale, mais cela vient peut être de ma lassitude à voir  en permanence des héroïnes au passé égratigné. Finalement dans cette suite, celui que j’ai préféré est un second rôle mais le seul à être bien travaillé : Chase, surnommé Harvard. En l’espace de 460 pages j’ai eu pour lui tous les sentiments possibles : méfiance, pitié, colère, satisfaction et fierté. 

ATTENTION SPOILER POUR CEUX QUI N’AURAIENT PAS LU LE PREMIER TOME

Nous retrouvons donc dans ce second roman de Lara Adrian, le personnage de Dante en protagoniste et non pas le couple Lucan/Gabrielle. Quelques mois se sont écoulés et l’intrigue nous entraine dans la suite des confrontations entre les renégats et les descendants de la Lignée. Le guerrier vampire sexy et tout habillé de cuir, fait une mauvaise rencontre un soir de patrouille. Alors qu’il croit combattre un renégat, Dante comprend que le jeune vampire qui se tient devant lui, pris en proie par la soif sanguinaire, n’est autre qu’un habitant des havrobscurs. Le titane n’a aucun effet sur ce dernier et, surpris par cette découverte, Dante laisse quelque secondes d’avance à sa proie avant de le poursuivre dans les rues de Boston. Malheureusement la course se termine en guet apens et Dante est laissé pour mort dans le fleuve par les renégats. Dans un dernier effort, le guerrier réussit à se déplacer jusqu'à une clinique vétérinaire et rencontre Tess, dont il s’abreuve pour sauver sa peau. Ce n’est qu’après l’avoir mordu qu’il découvre la marque sur la main de la jeune femme, signe qu’elle est une compagne de sang…
A partir de cet instant l’histoire ressemble trait pour trait au tome précédent. Dante a les mêmes pensées que Lucan lorsqu’il a rencontré Gabrielle, du genre : « Pas de compagne de sang dans mes pattes, je suis un guerrier et rien ne pourra me détourner de ma mission, mais grand dieu je ne peux pas supporter l’idée qu’un autre puisse poser les yeux et encore moins les mains sur elle ». Les ressemblances sont telles que même les lémons sont des copier/coller du baiser de minuit, tout comme l’effet apaisant que Tess a sur Dante quand il est prit de visions de mort, à l’instar de Gabrielle qui calme Lucan contre sa soif de sang.
A son retour au complexe, presque en pleine forme suite à l’absorption du sang de Tess, Dante apprend qu’un membre des havrobscurs est présent et qu’il réclame l’aide de l’ordre pour expliquer la disparition de nombreux jeunes vampires. Avec ce bureaucrate, surnommé Harvard, Dante devra faire le jour sur cette affaire, mais aussi sur l’apparition d’une nouvelle drogue qui transformerait les membres de la lignée en renégats par sa simple absorption… Sur que le frère de Lucan, affaibli pas la destruction du vieil asile, cherche à reformer son armée pour assouvir des desseins mégalomanes.
Cette nouvelle intrigue m’a plu. L’idée d’une drogue pour vampire, autre que le sang, m’a paru originale et je me suis bien laissée entrainée dans la recherche du dealer.  Pourtant je déplore que le stratagème mis en place par le « Maitre », pour parvenir à ses fins, soit le même que pour Gabrielle dans le tome précédent… 

Le style de l’auteur est toujours aussi plaisant à lire, même si les répétions des prénoms et le manque d’originalité dans les insultes m’ont parfois agacé. On retrouve aussi, comme dans le tome 1, des changements réguliers de narrateur pour nous aider à mieux appréhender les divers raisonnements des personnages. 

Je vais m’arrêter là pour les mauvaises critiques et passer aux éléments que j’ai néanmoins appréciés dans ce roman. Je ne l’ai pas abandonné malgré tout, c’est bien qu’il y a quand même un peu de positif^^ Avec mon coté romantique et fleur bleu je ne pouvais qu’aimer les pensées de Dante et de Tess… Je vous mets un petit extrait qui vous montrera mon coté  cucu la praline et qui spoilera un peu attention :

« D’un pas nonchalant, elle se dirigea vers la cuisine pour se servir un peu de café et relut pour la dixième fois environ l’écriture assurée de Dante, avec ce grand sourire qui semblait rayonner en permanence sur son visage : « Je ne voulais pas te réveiller, mais il fallait que je parte. Veux tu dîner avec moi demain soir ? Je voudrais te monter où je vis. Je t’appelle. Dors bien, mon ange, D. »
 « Je pense à toi », avait-il signé.
 Il pensait à elle.
A cette idée, elle fut envahie par une vague de farouche possessivité. »

Voila, sur cette note positive je vais conclure mon avis déjà bien trop long  en précisant simplement que malgré ma déception je lirai le tome 3 puisqu’il nous parlera de Tegan. J’aimerai pouvoir y lire des révélations qui entoure son passé commun avec Lucan…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire