Minuit tome 1 : Le baiser de minuit


Auteur : Lara Adrian
Edition milady - 8 euros

Ma note : 5/5


"À la suite d'un meurtre, Gabrielle Maxwell est projetée dans un monde où les vampires rôdent et se livrent une guerre fratricide. Lucan Thorne méprise la violence de ses congénères. Lui-même vampire, il a juré de protéger non seulement les siens, mais aussi l'humanité. Il ne peut courir le risque de se lier à une mortelle. Mais quand Gabrielle devient la cible de ses ennemis, il n a d'autre choix que de l'entraîner dans les profondeurs où il règne l'entraîner dans son univers."


 Ce n’est vraiment pas la couverture de ce livre, que je trouve vraiment simplissime et bâclée, ni pour la quatrième de couverture que j’ai décidé d’acheter ce roman, mais bien suite à la lecture de nombreux avis positifs le concernant. Et j’ai bien fait d’écouter mes amies bloggeuses car  voila encore un roman Bit-Lit que j’ai D-E-V-O-R-E !
Les personnages sont nombreux et chacun dans son rôle est important. Gabrielle et Lucan bien sur puisqu’ils sont les principaux narrateurs, mais j’ai beaucoup aimé les amis de l’héroïne, Jamie et Megan en particulier puisqu’ils m’ont vraiment amusés, mais aussi les autres vampires : Gidéon, le génie de l’informatique, Tegan le rebelle, Dante le sombre guerrier nuancé d’humour,…
L’histoire en elle-même n’est pas vraiment exceptionnelle, ni particulièrement originale, mais l’alchimie à fonctionnée et j’ai vraiment passé un très bon moment avec les lignes de Lara Adrian.
Le roman nous emmène dans les rues du Boston d’aujourd’hui, à la suite de Gabrielle, une photographe talentueuse, témoin d’un meurtre sanglant à la sortie d’une boite de nuit. Ce que la jeune femme ignore c’est que les six personnes qu’elle à vu ce soir là, s’acharnant sur le corps d’un homme, sont des vampires renégats pris dans une soif sanguinaire qu’il leur est impossible de combattre. Prise pour une folle par les agents de police à qui elle signale l’agression, Gabrielle se tourne vers la seule personne à la croire saine d’esprit : Lucan Thorne.
Ce vampire, chef de l’Ordre de la Lignée, qui combat les renégats pour sauver le monde, se fait passer pour un inspecteur et approche la jeune femme en espérant ainsi lui effacer la mémoire à la manière d’un jedi et lui prélever également un peu de sang au passage pour son plaisir… Mais, au moment où les crocs du vampire vont transpercer la peau de notre héroïne, il se rend compte qu’elle porte la marque des « compagnes de sang », ces humaines si rares qui permettent une association biologique entre humain et vampires, leur donnant ainsi la possibilité d’avoir une descendance, que ces buveurs de sang ne peuvent obtenir autrement.
Lucan refuse donc de « gaspiller » la vie de Gabrielle en la faisant sienne, préférant la réserver pour un autre vampire dont la vie sera beaucoup moins risqué que celle d’un guerrier. Lui-même prétexte d’ailleurs ne pas avoir besoin d’une femme dans sa vie et seule sa quête de détruire les renégats compte à ses yeux…
Prenant alors ses distances, le ténébreux vampire essaiera de combattre sa profonde attirance pour la jeune femme, mais y arrivera-t-il ? Cette tâche devient de plus en plus délicate alors que la vie de Gabrielle est mise en danger par la traque que les renégats mettent en place autour d’elle. Lucan n’aura pas d’autre choix que d’avouer toute la vérité à Gabrielle et à la conduire en sécurité… Mais se laissera-t-elle « emprisonner » sans rien dire ? Rien n’est moins sur.
Le style de l’auteur est simple mais efficace, et ses tournures de phrases agréable à lire.  J’ai beaucoup apprécié les descriptions des différents vampires de l’Ordre (Dante en particulier ), de leurs armes, aussi bien les révolvers que les lames en titane tranchantes, et des combats qui aident à bien se plonger dans la guerre qui se trame entre les vampires de la Lignée et les renégats. Pour autant le récit n’est pas lourd puisqu’il est régulièrement entrecoupé de dialogues, qui rendent très vivant les différents chapitres de cette histoire, tout comme les changements de narrateurs qui rafraichissent le tout en évitant de suivre trop longtemps le même personnage. Les passages de lémons sont sympa et pas du tout abusifs, même si parfois je me suis dis "Non, ils vont quand même pas le faire maintenant... ha ba si...". Les rares pages que je n’ai pas particulièrement appréciées sont celles  consacrées à la vie interne du repaire renégats, bien que les éléments apportés soient importants pour l’intrigue.
Un très bon moment passé avec ce livre et un mini coup de coeur. Je me plonge d’ailleurs tout de suite dans le second tome.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire