Llorona on the Rocks


 Auteur: Charlotte Bousquet
Editions Argemmios

ma note : 3/5

"Les fées, c’est comme la Vierge de Guadalupe, j’ai cessé d’y croire à dix ans. Quand j’ai tué pour la première fois. »À Ciudad Juárez, des femmes sont assassinées. Pour le sexe. Pour le fun. Pour leurs organes, aussi. La routine. Sauf qu’une inconnue voilée de blanc apparaît, à chaque fois, près des cadavres.La Llorona. En pleine guerre des cartels, les Feds ont autre chose à faire que courir après une légende. Alors, ils ont fait appel à moi, Eva Vargas, la meilleure tueuse à gages et spirite du Mexique. Mais entre les fantômes du passé, les narcos et mon fichu cœur d’artichaut, il va falloir autre chose qu’un tequila blanco pour y arriver sans me brûler les ailes…"

Avant de commencer cette chronique, je voudrais à nouveau remercier le forum Mort sure et les éditions Argemmios pour ce partenariat de « Llorona on the Rocks ».

J’avoue que j’ai eu un peu de mal à me plonger dans ce roman en en lisant les premiers mots : «  Suuuce…moiii… Suuuuce moiiii… » . Je ne m’attendais absolument pas à ça pour une entrée en matière! Même si je me doutais bien que l’univers de cette histoire ne serait pas rose, il m’a fallu quelques chapitres pour m’habituer au style de l’auteur et à me glisser dans son intrigue. Possible aussi que l’utilisation du présent pour le récit m’ait gêné au départ, tout comme les changements brutaux de narrateurs, de nombreux mots en espagnol, ou la mise en page assez particulière, avec des retours à la ligne que je n’ai pas particulièrement compris. Le manque de descriptions et de liaisons dans certains chapitres m’a également manqué pour apprécier ce roman à sa juste valeur. Un point positif cependant, l’image du serpent entourant une bouteille de téquila, que j’ai beaucoup apprécié, comme un fil rouge du roman. 

Charlotte Bousquet nous entraine dans les ruelles sombres de Ciudad Juarez, dans le milieu des cartels, des narcos, de la prostitution, des meurtres gratuits et du trafic d’organe, tout en ajoutant une pointe de mysticisme avec la présence de la Llorona, esprit/fantôme particulièrement populaire au Mexique. Evelia, tueuse pour le service du gouvernement mais aussi shaman depuis sa plus tendre enfance, est engagée pour résoudre l’énigme qui entour de l’apparition d’une femme blanche sur les lieux de certains meurtres. La Llorona. L’apparition est-elle là par hasard ? Ou au contraire à l’initiative de ses crimes ? A force d’enquête, ainsi qu’a l’aide de ses  Glock 7 et d’Artemio, un homme chargé secrètement de liquider notre héroïne après qu’elle ait élucidé l’énigme, Eva réussira à affronter les assauts psychiques que lui impose l’esprit. Revivre mentalement son premier meurtre pour sauver sa sœur, l’avortement terrible qu’elle subit à 15 ans, la trahison de son nouvel amant … Rien n’y fera, Eva résistera, mais à quel prix ? … Je vous laisse le découvrir. 

La fin du roman m’a beaucoup plus convaincue que son départ et j’ai énormément apprécié le dernier chapitre et l’épilogue, mais je reste cependant déçue dans le sens où le coté shamanique est un peu délaissé pour le coté tueuse à gage. 
 
Une bonne découverte néanmoins!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire