Even dead things feel your love

Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel. L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.

C’est à quelques jours du salon Fantasy en Beaujolais (Oui c'est chronique arrive très très en retard...) que nous avons, avec Yezahel, entamé la lecture de ce dernier roman acheté ensemble en 2014. Even dead things feel your love a attiré la première fois mon regard il y a deux ans au salon du livre de Paris, mais budget oblige je n’avais alors pas craqué sur cette couverture pour le moins intrigante, mais l’année dernière nous n'avons pas pu résister ^_^ 

Voilà une histoire de vampire comme on en voit peu et dont Georgia Caldera signe une merveilleuse préface. A peine ce premier passage lu que nous avions hâte de découvrir ce que Mathieu Guidé avait en tête quand on parle de vampire. Et autant vous dire que nous n'avons pas été déçues. 

L’histoire commence en 1850, Lord Josiah Eddington Scarcewillow est un vampire depuis un siècle déjà. Londres commençant à lui sembler trop dangereux, infestée de chasseur de vampire, il décide de se retirer dans la demeure familiale à la campagne. Son but premier est de fuir les vivant pour se terrer chez lui et se faire oublier. Mais pourtant une rencontre en pleine nuit va changer la donne. Une jeune femme sur ses terres. Au vu de cette situation on pourrait s’attendre à une énième histoire de vampire amoureux. Et pourtant, cette histoire est une romance, mais une romance tortueuse, douloureuse comme on ne peut tout simplement pas imaginer pire. Les mots de Georgia résument très bien : « L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur. » Et c’est avec une finesse et une justesse incroyable que la plume de Mathieu Guibé va nous faire découvrir ce que trop d’amour peu donner.

Parlons un peu des personnages, en premier lieu notre tortueux vampire. Quel bonheur d’avoir un vampire qui peut à la fois ressentir un amour si pur, si intense, mais en même temps être d’une cruauté et d’une sauvagerie sans nom! Enfin!!!! Nous sommes loin de ces vampires bisounours qui entourent la littérature actuelle et c'est absolument génial. En second plan nous avons sa belle, une douce jeune femme qui a un destin peu enviable mais qui illumine par sa nature douce et tendre. Je pourrais sans problème la comparer à une princesse Disney au début de ce livre. Mais c’est elle qui aura le plus évolué durant l’histoire et au final elle est plus complexe qu’il n’y parait au premier abord. Ceci dit nous avons trouvé que ce personnage n'était pas tout à fait à la hauteur de notre vampire puisqu'elle manque un peu d’originalité. Mais nous pinaillons un peu :P
Pour finir, juste un mot sur le majordome de Josiah que nous avons littéralement adoré. C'est le personnage qui a réussi à nous toucher malgré qu’il soit au final bien peu présent.

Le ressenti de Zébuline: J’ai été totalement emportée par cette histoire. J’ai eu peur, eu envie de pleurer, j’ai ressentie de la joie... et je dois avouer une légère déception pour la fin. Emporter par les événements inattendus, et par la force des sentiments mis en valeur par les mots j’ai eu peur car l’auteur réussi à nous mettre à plusieurs moments dans des situations de suspense effroyable ou tout peut basculer. De la joie de voir un vampire archi blasé s’ouvrir à l’amour et l’accepter avec gratitude. Hélas j’ai fini par une déception... je m’attendais a autre chose, comme si la fin ne cadrait tout simplement pas avec tout le reste du texte.

Ceci dit, c’est un coup de cœur malgré tout car un livre qui nous fait passer par autant de sentiments ne peut pas être autre chose!

2 commentaires:

  1. Quel enthousiasme :) votre chronique me donne envie de découvrir ce livre ! aller, un de plus dans ma WL :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ^_^ J'espère qu'il passera vite dans ta PAL puis entre tes mains.

      Supprimer