La Confrérie de la dague noire, tome 2 : L'Amant éternel

Auteur : J-R Ward
Édition Milady 7.80E

Ma note : 3.5/5
Manque d'originalité dans l'histoire, mais  personnages attachants

Depuis toujours les guerriers de la Confrérie de la Dague Noire combattent les éradiqueurs, des hommes n'ayant que pour seul but de tuertous les vampires. Mais maintenant que Kohler a accepté son rôle de roi, ils ne sont plus que cinq à combattre. Parmi eux, Rhage, victime d'une terrible malédiction : à chaque émotion trop forte, il risque de se transformer en une bête monstrueuse et dévastatrice. Rien ne peut plus l'arrêter alors...
Parallèlement, Marie Luce, une jeune femme atteinte de leucémie, rencontre un jeune garçon muet, John Matthew. Lorsqu'ils rencontrent Bella, sa voisine, vampire en réalité, celle-ci s'aperçoit tout de suite de la nature de John. Elle appelle donc la Confrérie. Là-bas, Marie fait la rencontre de Rhage, tout de suite attiré par la jeune femme. Mais pourra-t-elle l'aimer malgré sa malédiction ? Et surtout, leur amour pourra-t-il exister malgré l'humanité de Marie, et surtout, son cancer ?

Les « Milady » vont vraiment finir par prendre toute la place sur les étagères de ma bibliothèque… Entre les séries Bit-Lit et celles plus fantasy, je suis totalement sous le charme de cette maison d’édition qui offre des tonnes de roman à petits prix (même s’ils ont tendance à augmenter…). Alors c’est sans surprise que je me suis laissée tentée par la suite de la confrérie de la dague noire. Le premier tome m’avait convaincue malgré la ressemblance avec « Minuit », de Lara Adrian, et même si je m’y suis reprise à trois fois pour venir à bout des 500 pages, j’ai finalement bien apprécié cette lecture. 

Si l’histoire en elle-même n’a rien de vraiment originale puisqu’elle suit la trame de base donnée dès le premier tome, c'est-à-dire des vampires qui traquent des éradiqueurs dans une lutte ancestrale, les personnages ont, eux, beaucoup plus de saveur. L’auteur met en lumière un vampire maudit par la vierge scribe, qui lutte contre ses émotions pour ne pas perdre les pédales au risque de se transformer en dangereux dragon ingérable, et une jeune humaine des plus banale si ce n’est qu’elle est condamnée à mort par une leucémie. Il ne m’en faut pas plus pour tomber sous le charme de la romance qui se construit inexorablement entre eux au fil des chapitres. 

Forcément leur rencontre part en éclats quand l’agressivité brute se frotte à la fragilité du verre ! Mais ces mots peuvent étonnamment s’appliquer aux deux personnages. En effet, Rhage se montre particulièrement sensible alors que Marie déploie une force incroyable de se battre. Inutile que je précise que leurs sentiments sont en grande partie responsables de ces changements d’attitudes, mais c’est tout de même très agréable à lire.

Le style de l’auteur est simple, facile à suivre. Par contre je n’apprécie pas du tout les parties concernant les éradiqueurs qui viennent souvent couper le rythme des péripéties des héros. Quelle frustration ! Et puis leurs noms sont ridicules : O ou X… Non vraiment je n’aime pas ces lignes et je ne fais que les survoler à défaut de les zapper complètement, juste au cas où J-R Ward aurait glissé des éléments importants ici ou là. Heureusement ces passages sont rares et ne m’ont pas empêché de savourer la fin de ce tome.

L'émotion est d'ailleurs au rendez vous tout au long de l'histoire. Par moment je me suis laissée aller à sourire tendrement en découvrant certaines lignes particulièrement touchantes ♥  Les passages de lémon sont eux toujours fidèles au genre Bit-Lit, mais sans abus : Ni trop, ni trop peu! Le juste milieu pour donner envie de découvrir la suite sans sauter ses scènes érotiques.  

Bref! Même si je sais que je ne retrouverais pas Rhage et Marie en personnages principaux dans la suite de la série, j’espère que l’auteur en reparlera de temps en temps. J’aimerais beaucoup connaitre l’évolution de leur histoire… 


2 commentaires:

  1. je dois sous peu lire le 3ème puisque j'ai beaucoup aimé les deux premiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah, tu m’intéresses! Je l'ai pas encore dans ma PAL, mais si on prévoit une lecture commune, je pourrais surement le trouver... *sifflote*

      Supprimer